Retour sur Full avec Costa

Après de nombreux singles comme « Coca Cherry » et son EP « Archives.MP3 vol1 », le Parisien Costa était de retour début juillet avec le très intéressant projet ”Full”.
A l’occasion de cette sortie nous avons eu la chance de pouvoir lui poser quelques questions sur son parcours, son projet et ses envies

De la pluie, des frontières fermées, des terrasses bondées, on peut tous s’accorder pour dire que l’été 2021 ne marquera pas nos mémoires. Mais à travers cet horizon grisonnant une légère éclaircie a fait son apparition : « Full », le deuxième projet de Costa.

COSTA – FULL

Février 2021. Costa dévoile « Archives.mp3 », une compilation de 5 morceaux dévoilés précédemment sur Youtube et Instagram. Le but des Archives est très simple : prouver que Costa sait kicker, et c’est plutôt réussi.

Costa – Vert Pistache

6 mois après, la neige est partie et a été remplacée par une version beaucoup plus mélodieuse de Costa. Certes le parisien kicke toujours autant mais à côté de cela on retrouve des refrains chantonnés et même un vrai hit estival avec « Discret ». Le manque de mélodie présent dans « Archives.mp3 » a été totalement gommé et donne lieu à un projet beaucoup plus facilement réécoutable.

A l’occasion de cette sortie nous avons eu la chance de pouvoir lui poser quelques questions sur son parcours, son projet et ses envies futures.

Tu peux nous expliquer un petit peu l’histoire de ce projet ?

C’est un projet qui réunit des sons qui datent de 3 ans et d’autres qui datent de 2 mois, donc c’est compliqué de donner un vrai processus créatif.

L’idée du projet est arrivée y a 6 mois, donc j’ai fait le tri, j’ai attendu d’avoir une équipe solide pour vraiment investir dans les clips etc … et puis une fois que l’entourage était bon je me suis lancé dans le grand bain

Pour ce qui est des prods y en a 2 qui viennent d’Eliot Skadoosh (Escroc/Les pieds dans l’eau), c’est un mec avec qui on a commencé la musique dans une chambre, on était trop nuls (Rires) ! Aujourd’hui ça me fait plaisir de voir son nom à côté du mien sur un projet et on peut déjà être fiers du petit bout de chemin qu’on a parcouru.

Justement en parlant de clips, on voit qu’avec « Cauchemar » et « B&H » il y a une volonté de passer un cap dans ce domaine-là, quelle importance t’accordes aux visuels aujourd’hui dans ta musique ?

L’image est beaucoup trop importante aujourd’hui, même si ça me dérange un peu je t’avoue. Mais ça serait se tirer une balle dans le pied que de négliger ça donc je joue le jeu.

Mais c’est utra utile pour appuyer ton identité et pour ramener une autre vision sur ton texte donc c’est quelque chose que j’apprécie faire quand même, mais j’ai pas envie que ça prenne le dessus sur la musique

Costa – Cauchemar

Sur le projet on retrouve un seul feat, Sean, comment elle s’est faite la connexion ?

C’est tout simple en vrai, son beau frère c’est un mec de mon équipe, j’aimais beaucoup ce qu’il faisait depuis Mercutio et je voulais un feat pour mon projet donc la connexion s’est faite assez naturellement.

C’est lui qui a ramené la prod, on a eu directement l’idée de faire un pass-pass et puis voilà, la recette s’est faite assez facilement et elle est efficace donc j’en suis super fier.

Je trouve que sur le projet on ressent une petite vibe « Jazzy Bazz », est-ce que c’est une grosse influence pour toi ?

(Rires) Je comprends pourquoi tu dis ça mais honnêtement pas vraiment. C’est un mec que je trouve super fort mais que je vais pas écouter quotidiennement.

Je vais être beaucoup plus influencé par des Népal, des Nekfeu, des Alpha Wann ou Ninho actuellement et plus anciennement des Youssoupha, des Hayce Lemsi en 2011, des Salif, (temps de réflexion) Oh je suis un fou, j’allais oublier la Sexion d’assaut ! C’est eux qui m’ont vraiment donné envie de kicker, c’étaient les premiers à parler de Paname comme moi je voyais Paris, donc c’est évidemment une grande source d’inspiration

Contrairement à « Archives mp3 » où la prod était uniquement là pour servir la voix, j’ai l’impression que sur « Full » t’as fait un travail sur toi-même pour laisser plus de place au beat, jusqu’à certains passages où ta voix n’est là que pour soutenir la prod. Elle est venue d’où cette réflexion ?

(Rires) Je vois très bien ce que tu veux dire mais je trouve qu’il y a encore du chemin pour arriver au parfait équilibre.

C’est quelque chose de normal quand tu commences à faire des vrais morceaux et que tu veux plus simplement montrer que tu sais raper et si je devais te donner le prochain step à passer, en termes de musicalité, pour moi, ça serait complètement ça.

Merci à Costa d’avoir répondu à nos questions !

Découvre nos autres interviews en cliquant ici !

Thomas Lopes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *