Rencontre avec l’Or du Commun

L’or du commun était de retour vendredi dernier avec leur nouvel album. Presque trois années après leur dernier projet « Sapiens », Loxley, Primero et Swing dévoilent « Avant la nuit ». Nous avons eu la chance de nous entretenir avec les rappeurs bruxellois pour vous faire découvrir ce magnifique projet aux ambiances crépusculaires.

Après une longue absence, les trois artistes teasent leur retour sur leurs réseaux sociaux début avril.
Très vite sort « Négatif », premier single du projet accompagné d’un clip. Ce dernier, en négatif évidemment, est réalisé par Lenny Grosman, avec qui ils avaient collaboré sur le clip de “Prison Vide“. Sur une prod de Frank Dukes et Seezy, le ton est donné : l’ODC est bel et bien de retour et plus fort que jamais.

L’Or du Commun – Négatif

Un petit mois après Négatif, le trio belge sort sur les plateformes « Sable » en featuring avec Lous and The Yakuza. Habitués aux collaborations entre artistes belges, L’or du commun récidive sur ce projet avec notamment Roméo, Caballero ou Zwangere Guy.

Un morceau puissant adoucit par la voix de Lous qui reprend toute la dualité présente au long de l’album.

Le vocabulaire de la nuit est récurrent tout au long du projet. Certains morceaux appuient cet élément rien qu’a leurs titres : « A l’aube » ; « Nuit d’hôtel » ; « Ciel rouge ». Ce dernier rappelle presque inconsciemment la cover du projet. Très épurée, elle est réalisée par Romain Garcin, graphiste à l’origine d’un grand nombre de cover d’artistes belges : Damso, Caba et JJ, Bakari…

Cover de l'album "Avant la nuit"
Cover de “Avant la Nuit”

La complicité entre Swing, Loxley et Primero n’est plus à prouver après tant d’années et malgré une longue pause et des projets en solo pour Swing et Primero le trio revient avec un magnifique album qu’on vous conseille très fortement.

Entretien :

A la différence des précédents projets, sur “Avant la Nuit” on retrouve une multitude de producteurs, pourquoi ce changement du tout au tout ?

Primero : Je pense qu’on avait cette peur de s’enfermer et aussi le besoin de voir ailleurs. Sur nos projets solos avec Swing on a eu l’occasion de travailler avec différents producteurs et c’était quelque chose qu’on avait envie de ramener en groupe.

Swing : C’est exactement ça d’un côté on voulait pas s’enfermer et de l’autre on voulait pas que ça en pâtisse sur l’osmose du projet donc on a multiplié les résidences, multiplier les rencontres de beatmakers et ça donne ce bel album

On sait que vous êtes un groupe pour qui la scène est ultra importante, comment vous vous êtes adaptés à ce changement depuis 2 ans ?

Loxley et Swing : Evidemment ça nous handicape mais on va pas être égoïste parce que je pense que ceux qui en souffrent le plus c’est ceux qu’on entend le moins en parler. Nous on a la chance de pouvoir vivre sans nos tournées mais y a tout un panel d’artiste pour qui la scène est ultra importante et j’ai peur qu’on passe à côté d’une petite génération d’artistes durant 2/3 ans.

Et au passage grosse force à tous ceux qui arrivent à se sortir de tout ça, je pense à des Geeekoo, à des Frenetik, à des YG Pablo qui font un travail monstrueux.

Primero : Mais du coup ça a aussi été l’occasion de se retrouver beaucoup plus en studio et de peaufiner notre musique et je pense que ça se ressent dans l’album

L’Or du Commun by Romain Garcin

Je trouve que sur l’album on retrouve vraiment le Primero et le Swing de vos projets solos, qu’est ce que ça vous a apporté ces deux expériences ?

Swing : Ces projets ont été fabriqués pendant la création de l’album de l’ODC donc c’est sûr que ça déteint et c’est surtout 2 EP sur lesquels on a été plus loin que ce qu’on peut faire en groupe, puisqu’à 3 on est forcément obligé de contenter tout le monde et d’être tous d’accord sur les choix des morceaux.

Primero : C’est aussi le premier album où on utilise toutes sortes d’outils de modification de voix, outils qu’on a pu découvrir Swing et moi sur nos projets respectifs.

On gagne notre argent en faisant ce qu’on aime, on a tout ce qu’il faut pour être heureux.

En parlant de ça j’ai Jazzy Bazz qui me disait que c’était vraiment le bonheur absolu de faire un album à 3, est-ce que c’est la même chose pour vous ?

Swing : Non pas vraiment. Je comprends qu’après une longue carrière solo comme celle de Jazzy Bazz ça soit un kiff de faire un album avec tes reufs mais nous le solo c’est vraiment quelque chose de nouveau encore qui pourrait s’apparenter à une récréation.

Y a un morceau qui m’a particulièrement marqué c’est “Inertie“, je trouve qu’il fait vraiment office de pierre angulaire dans l’album, c’est quoi l’histoire de ce titre ?

Primero : C’est un morceau sur lequel on a passé énormément de temps, il a été construit petit à petit, la prod de base était beaucoup plus « rap », elle a été remodelée, il y a eu plusieurs toplines, plusieurs couplets, il fait vraiment partie de ces morceaux qui ont évolué tout au long de la création de l’album.

Loxley : On n’avait pas pour volonté de scinder le projet en 2 mais on avait conscience au fur et à mesure de l’avancée de l’album qu’une dualité se mettait en place et qu’”Inertie” avait un rôle à jouer là dedans

Sur l’album il y a un thème nouveau pour vous qui revient assez souvent je trouve, c’est celui de la mort. Est-ce qu’après presque 10 ans de carrière la mort artistique, la peur de tomber dans l’oubli cest quelque chose qui vous touche ?

Loxley : Non clairement pas, je comprends qu’en tant que journaliste ça doit être bandant d’interviewer un artiste torturé mais nous c’est vraiment pas le cas. Pour faire un petit parallèle footballistique, Benteke ça fait une décennie qu’il se fait insulter dans tous les médias mais à côté il a mis sa famille à l’abris, ils sont tous trop fiers de lui, ça fait 9 ans que le gars joue en premier league et tout va bien pour lui.

Aujourd’hui ça va pas nous changer si on vend 10 000 de plus ou 10 000 de moins, on a fait notre travail, on gagne notre argent en faisant ce qu’on aime, on a tout ce qu’il faut pour être heureux.

Pour conclure, est-ce qu’on peut s’attendre à un projet solo de ta part Loxley ?

Un projet ?…

Merci à l’ODC d’avoir répondu à nos questions !

Clique ici pour découvrir nos autres interviews

Thomas LOPES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *