Interview avec Ali Latif, à l’occasion de la sortie de son premier EP

Jeune franco-tunisien de 24 ans, mannequin, rappeur, Ali Latif fait ce qu’il lui plaît, et ce n’est pas pour nous déplaire. 

C’est dans le sud qu’il a grandi avant de rejoindre la capitale quelques années plus tard pour poursuivre ses rêves. C’est là qu’il se fera repérer en tant que mannequin au sortir d’une période plus que compliquée où le rappeur va se retrouver à la rue. Sa carrière explose dans le mannequinat, Versace, Vogue et bien plus encore. Pourtant, malgré ces succès retentissants dans ce secteur, Ali Latif ne va jamais abandonner la musique et sa carrière de rappeur.

Il sort en 2020 son premier single, “Roko c’est le Texas”.

C’est avec “La mauvaise réputation” qu’il revient en 2021, nouveau single bien plus abouti accompagné d’un clip aux visuels magnifiques, qui vient teaser son premier EP : “520”.

T’as sorti ton premier EP vendredi, ça a changé quoi pour toi de bosser sur un plus long format ? De changer par rapport au single ?

520 c’est un projet que je veux faire depuis que j’ai 14 ans, j’ai dû attendre mes 22 ans, j’avais déjà les idées le storytelling, en terme de texte, en terme d’instrument ce que je voulais etc. Travailler sur un EP c’est un peu plus de concentration, un peu plus de travail, après c’est pas un album non plus. T’as plusieurs phases, t’as la phase de réflexion, la phase de studio, la phase de doute, après t’as la phase finale où t’as tes sons tu fais ta tracklist, moi je suis dans cette phase là.

C’est quoi ton parcours jusque là ?

Je suis née en Tunisie, je suis en France depuis l’âge de 7 ans, je fais du rap depuis que j’ai 9 ans, j’ai eu une scolarité normale ,j’ai arrêté les études assez tôt, à l’âge de 15 ans, j’ai fait tout les open mics de France. Me voilà arrivé à Paris, je suis venu pour faire du rap, j’ai eu des petites complications, je me suis retrouvé à la rue, une longue période compliqué j’ai pas pu me focus sur la musique. Je suis venu aussi pour faire une école de théâtre que j’ai pu faire, après j’ai été repéré, je suis devenu mannequin, et je suis revenu à la musique depuis 2 ans et demi.

Comment t’as refait le switch entre mannequinat et musique ?

En fait j’ai jamais arrêté la musique et je pense que je serais toujours mannequin parce que j’aime les sapes, j’aime la mode et je kiffe faire ça. Ca m’a ouvert tellement de portes, c’est arrivé à une période de ma vie ou je sortais de la rue, ça faisait un an que j’y étais, je bossais en boulangerie, on m’a repéré, je suis partie aux Etats-Unis, ça a cartonné, j’ai fait Versace, j’ai fait Coach, j’ai fait Vogue, j’ai fait les plus grosses campagnes possibles avec les plus grands photographes possibles, après je faisais de la musique à côté juste j’étais pas encore retourné au studio, il me manquait ça. Du coup je suis retourné au studio en 2019 et là je me suis dit définitivement : c’est ce que je veux faire dans ma vie. C’est ce que je voulais faire depuis petit donc là c’était une confirmation.

Maman ton fils est décevant, tu me l’as tellement répété

Comment tu fais pour garder les pieds sur terre, parce que tu sors de la rue, tu te retrouves chez Versace, j’imagine que tu peux vite vriller.

C’est simple, je pense que j’ai tellement galéré dans ma vie, j’ai traversé tellement de choses que quand c’est arrivé, la rue c’était tellement récent que je pouvais que garder les pieds sur terre, franchement c’était peut être le truc le plus facile à gérer. 

Dans “La mauvaise réputation” t’as une phase qui est assez marquante, tu dis “maman ton fils est décevant tu me l’as tellement répété”, ça a été dur pour ta famille d’accepter la musique, l’arrêt des études ?

Je viens d’un milieu où tout ce qui est artistique c’est tellement loin, nous on est trop humble, nos familles sont tellement humbles, mon père est maçon, ma mère est femme de ménage, pour croire que on peut prétendre à ça alors que bon, chaque homme sur cette  terre peut prétendre à devenir ce qu’l veut. 

C’est quelque chose qu’on apprend pas aux jeunes, aujourd’hui, c’est de rêver et de pouvoir réaliser leurs rêves. Quand je dis “maman ton fils est décevant tu me l’a tellement répété depuis le temps”, c’est à l’époque où j’avais arrêté l’école, je faisais que des conneries, je pensais qu’à faire la mala, quand les autres étaient à l’école entrain d’étudier moi j’étais dehors entrain de faire des conneries. C’est marquant mais dans un sens positif, ma mère c’était pas une martyr, c’est une manière de renvoyer un message de “oui j’ai été décevant mais t’inquiètes je vais te prouver que je suis quelqu’un de bien, je vais faire de très belles choses dans ma vie”.

La mauvaise réputation, Roko c’est le Texas, et Saint-Honoré, c’est trois singles très différent, est ce que ton objectif c’est de te construire une “carte d’identité”, en montrant une palette de ce dont t’es capable, ou l’idée c’est de montrer un visage et d’en développer d’autres au fil des années ?

Roko c’est le Texas c’est un délire, on l’a fait en Tunisie là où j’ai grandi, on pensait pas le sortir, moi je comptais vraiment arriver avec mon EP, mais entre temps j’ai été impatient, Saint-Honoré aussi, c’est vraiment des sons qui m’ont pris moins de temps à faire et qui n’ont rien à voir avec ce que je prépare. Tu vois bien que y’a une différence d’écriture, dans ma tête je savais ce qui allait arriver, j’avais déjà ce son la mais l’EP était pas prêt du coup j’ai balancé ça en attendant. Maintenant j’arrive réellement avec mon projet, avec une identité. L’EP sera composé de musique arabe a 80%, avec des sonorités plus originales. Les sonorités arabes, c’est un pilier de l’EP, les singles d’avant c’était avant mais là, je reviens avec un son tellement différent, beaucoup plus introspectif.

Est ce que tu comptes rapper en arabe ?

Je l’ai déjà fait, y’a des sons où je le faisais, je me pose pas la question, ça peut venir comme ça ne peut jamais venir, j’aime la langue française, j’aime les mots donc je vais continuer de rapper en français mais pourquoi pas, l’avenir nous le dira.

C’est un truc qui manque en France.

Clairement, ça peut venir hein, c’est une palette artistique différente.

Y’a des artistes tunisiens qui t’ont influencés et qui t’ont poussé à te lancer ?

J’écoute du rap tunisien, mais généralement j’écoute surtout du rap français, même si j’aime beaucoup le rap américain, j’aime beaucoup le rap tunisien, et que j’en écoute, mais c’est vraiment le rap français. Mais j’écoute hein, mon frère par exemple il écoute que du rap tunisien il écoute pas de rap français.

En ce moment j’écoute beaucoup de Central Cee, de Fredo, le nouvel album de Meek Mill, mais sinon c’est beaucoup de rap français.

C’est qui les rappeurs avec qui t’as grandi ?

La Fonky Family, Lunatic, c’est la musique que mes grands frères écoutaient, la Mafia K’1 Fry, Dicidens, la Scred Connexion qui est le groupe que j’ai le plus écouté, après y’a eu une scène émergente quand 1995 sont arrivés, j’ai écouté comme tout le monde, y’a tellement de classiques. J’étais toujours plus attiré par la scène parisienne, mais j’écoutais aussi IAM.

La FF c’est top 3 rap français, les deux premiers c’est Scred Connexion et Lunatic mais derrière c’est la FF.

C’est qui le premier pour toi, la FF ou Lunatic ?

Naaan vraiment je peux pas ! Parce que j’écoute plus aujourd’hui, je vais dire Lunatic, même par rapport a mon blaze, je pouvais m’appeler juste Ali mais je l’ai pas fait par respect au Ali du coup j’ai rajouté Latif parce que c’est important c’est un héritage.

Qu’est ce que ta double culture franco-tunisienne t’apporte aujourd’hui dans ta musique ?

Beaucoup de richesse déjà, c’est simple parce que j’ai été éduqué à la musique arabe à la maison et dehors j’écoutais du rap français. Dans ma tête c’était assez flou, je prends ça comme une richesse. Les chanteurs arabes ne chantent pas du tout comme les chanteurs français, en termes de vocalises, en termes de tout ce que j’ai pu entendre dans mon enfance, ça m’a marqué, même dans mon timbre de voix.

Aujourd’hui, quand j’entends un arabe, n’importe quelle chanteur tu me le mets je sais si il est rebeu ou pas sans même voir sa tête. Ma double culture, je la vois comme quelque chose de très positif, elle m’a apporté culturellement, intellectuellement, et même en termes de valeurs, j’ai grandi dans une famille musulmane, toutes mes actions sont dictées par rapport à ce que mes parents m’ont inculqué.

J’ai eu ma période ou je me suis pris ma claque sur le rap marocain genre El Grande Toto et je trouve qu’en France on manque de ça, y’avait parfois ça dans les premiers sons et après dès qu’un projet plus important sortait on perdait ça.

Je sais que Nemir parle arabe, j’ai déjà parlé plusieurs fois avec lui et il a une très belle voix, je pense que le jour où il va chanter en arabe ça va être du très très sale.

T’as des collabs du coup en tête ?

Celle que je rêverais de faire ? On va y passer la nuit là frérot ! Là pour le moment y’a des gens avec qui j’ai envie de travailler, c’est des rêves mais je suis encore trop loin

Si tu donnais un top 3 ?

Putain c’est chaud, y’a tellement de monde !

Un feat Ali x Ali Latif ?

J’adorerais, mais là je clos le dossier ! Il y a Alpha Wann, j’aimerais casser un tête monstrueux avec lui ça serait génial. C’est dur parce qu’il y a tellement d’artistes, Nekfeu évidemment aussi, en anglais Central Cee j’aime beaucoup ce qu’il fait même si j’ai rien à voir avec sa musique.

T’as envie de t’ouvrir à d’autres univers que le tien ?

C’est clair, je rêverais dans le futur de faire un tour d’Europe, du Maghreb et faire un feat avec chaque tête du pays, ca serait hyper cool, c’est un concept à porter, mais oui c’est clair en Italie j’écoute Ghali depuis des années, en Angleterre c’est Fredo et Central Cee, en Tunisie y’a Sanfara, Samara, toute cette scène là, Elgrande Toto au Maroc. Après actuellement, y’a même pas de feat sur le projet mais si un jour j’ai le niveau de pouvoir feater avec ces gens là, ca serait avec grand plaisir ! Un featuring, c’est un surplus à chaque fois, rentrer dans l’univers de quelqu’un ou ramener quelqu’un dans ton univers, c’est deux fanbases qui se rencontrent.

Merci d’avoir répondu à mes questions !

Merci à vous !

Clique ici pour lire nos autres interviews !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *