Entretien avec gvs pour Nocturne vol.1

Pour la sortie de son premier EP “Nocturnes vol.1“, nous avons pu nous entretenir avec gvs pour parler un peu plus de sa musique.

  • Pour ceux qui ne te connaissent pas est-ce que tu peux te présenter ?

Salut, gvs, 20 ans, jeune artiste du sud de la France, entre la côte d’azur et Toulouse. Je fais de la musique pour extérioriser tout ce que j’ai dans la tête, donc c’est parfois un peu floue, mais c’est fidèle à la réalité.

  • D’ailleurs pourquoi gvs ?

Tout le monde m’appelle “gus” mais c’était déjà pris, et puis c’est trop générique.

  • La première fois que j’ai entendu parlé de toi, c’était via TikTok. Pourquoi tu t’es tourné vers TikTok ?

Au début, je me suis dit que c’était un moyen comme un autre de gagner en visibilité, donc j’ai tenté, et il s’est avéré que c’est incroyablement efficace, bien au-delà de mes attentes.

  • Est ce que tu comptes t’y impliquer plus ?

C’est pas spécialement mon objectif, mais ça reste une plateforme pratique pour s’exprimer.

  • Pour toi, c’est quoi le meilleur moyen d’avoir de la visibilité aujourd’hui ?

Pour citer un ptit artiste indé, “qualité en guise de promo”.

  • Et que penses-tu de la visibilité dont disposent les artistes aujourd’hui, ça s’est amélioré non ?

Il y a beaucoup de contenu, donc c’est pas forcément évident de tirer son épingle du jeu, mais ça amène du coup beaucoup plus de monde à s’intéresser au milieu musical actuel, et donc avec l’émergence d’une grosse quantité de médias-rap, suivit pas une énorme communauté très active, je pense que ça donne une certaine visibilité aux artistes oui.

Aucune idée de la date, je ne veux pas me presser. Ça se développera en même temps que ma vie relationnelle, mais oui je compte bien travailler sur un vol.2 🙂

  • Tu parles énormément d’amour dans ta musique, est ce que ce sentiment, que tu à apparemment très fortement développé ces derniers temps, t’as donné envie de faire de la musique ou tu en faisait déjà un peu voir pas mal et c’est simplement devenu ton fer de lance ?

Depuis tout petit, j’ai toujours voulu faire de la musique. D’abord enfant, parce que j’étais fasciné par l’univers, la scène, l’aisance financière, les foules, le côté très “bling-bling”. Ensuite, en grandissant, j’ai appris à découvrir tout l’aspect créatif qui s’est énormément développé pendant mon adolescence, et j’ai commencé à vouloir exprimer ce que j’avais dans la tête. C’est là que je me suis mis à vraiment écrire et chercher des mélodies, il y a environ 2~3 ans. Aujourd’hui, je suis encore en pleine recherche artistique, j’expérimente beaucoup, et je commence à trouver mon chemin, lentement, mais sûrement. Cela n’est que le début.

  • Y’a d’autres choses qui t’inspire dont tu comptes parler dans tes sons ?

L’esprit d’équipe, la création collective, l’ambition, les premiers succès, l’envie de s’élever humainement et mentalement. Tout ça reste ma principale source d’inspiration, avec les relations et la nature.

gvs
  • Le 10 septembre, ça représente quoi pour toi ?

Tout et rien. Un moment fort et à la fois totalement anodin pour la majorité des auditeurs.

  • Pourquoi un titre en anglais ?

J’ai toujours voulu essayer de chanter en anglais. À terme, j’aimerais continuer à développer cet aspect. La langue anglaise est selon moi très mélodique, je trouve qu’on peut faire énormément de choses en anglais qu’on ne peut pas forcément faire en français, et inversement.

  • Est ce que la suite de l’EP sera ton prochain projet ou ce sera autre chose ? Et pour quand tu nous prépares ça ?

La suite, ce sera autre chose. Ça devrait arriver assez vite, on a déjà commencé à plancher dessus 😉
Le thème est assez différent des relations et des sentiments, et plus proche du rap que du RNB, donc plutôt éloigné de Nocturnes vol.1. Je ne vous en dit pas plus, rendez-vous cet été 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *