Doxx se confie sur les maux de “Rechute”

Après un projet en Novembre 2020 dans lequel Doxx dit “Adieu” à ses tourments, ces derniers semblent l’avoir rattrapé poussant l’artiste à nous offrir “Rechute”

  • Commençons par le commencement, pourquoi “Rechute” et que représente la pochette pour toi ?

Après La fin du monde je pensais que tout allait aller un peu mieux en fait, au niveau de ma vie ou même de la musique en soit. Et “Rechute” c’est cette façon de me dire que ça va pas mieux. La pochette représente ça aussi, dans fin du monde on me voit quasiment consumé et dans Rechute, on me voit seulement en train de m’embraser et pour la symbolique je trouvais ça super fort.

  • Si ce n’est pas indiscret, elle est due à quoi cette rechute ?

En vrai la vie à pas trop changé, c’est un peu la même depuis quelques temps. Après l’été, tu te dis que la vie va reprendre son cours puis au final non. Puis des truc bêtes d’artistes, quand tu vois que tu perds un peu de follower ça te fais bader, c’était cette période pour moi.

  • Ton projet s’ouvre sur une voix. Qu’est-ce que cela représente pour toi, quel message as-tu voulu faire passer à travers ça ?

Cette intro elle représente vraiment beaucoup pour moi. C’est ce que j’ai vécu pendant ces 4 derniers mois à cause du stress et de l’angoisse, j’ai commencé à faire de la déréalisation et de la dépersonnalisation. En gros, t’as l’impression d’être dans un rêve. Et ça comptait énormément pour moi de mettre ça, parce que c’était trop représentatif de ce que je vivais depuis ces 3-4 derniers mois. Et ouais, c’est dû à l’angoisse en fait. C’est ça aussi que j’essaye de faire passer dans “Je sombre“, qui est le son le plus fort du projet pour moi, parce que c’était vraiment une période difficile. Mais là ça va mieux, même si y’a toujours des p’tits trucs. 

  • Dans ce même titre (La solution) tu dis “les gens me kiffent et moi ça m’rend un peu moins vide”, qu’est ce que ça apporte cet amour, ce soutien, ces premières réussites dans la musique ?

Alors ça m’apporte de garder un peu les pieds sur terre, comme je le dis ça m’aide à me sentir un peu moins vide. Parce que c’est un peu une spirale la musique, surtout les musiques tristes en général. Mais des fois tu perds des abonnés, on écoute moins tes sons, etc.. Ca crée des spirales d’angoisses. Et c’est ça qu’il faut relativiser, y’a pas que des hauts y’a forcément des bas aussi et sur ça, j’ai beaucoup travaillé. Mais en fait ouais c’est la vie et tant qu’y’a des gens qui me kiffe je me sentirais toujours un peu moins vide et un peu moins seul tout simplement. Comme je pense les gens qui écoutent mes sons se sentent moins seul en les écoutant.

  • Tu dis aussi “est-ce que devenir riche ça s’rait la solution?”, mais la solution à quoi ? T’as trouvé cette solution ?

Actuellement, j’suis pas encore riche malheureusement ahah, mais c’est une hypothèse, une question, je sais pas vraiment. Peut-être parce que quand t’es riche tu fais un peu ce que tu veux, après j’ai déjà eu de l’argent précédemment dans ma vie et je pense pas que ce soit LA chose qui rend heureux.

  • Dans L’ombre et la lumière, tu dis ne plus croire en Doxx, qu’est ce que t’entends par là ?

Ce son, c’est celui qui représente, qui synthétise tout ce que je viens de dire, si t’arrives pas dans ta tête à te dire, c’est normal, c’est rien, ça va très très vite de perdre espoir. Et pas que quand y’a tout qui va mal, mais même quand y’a un p’tit déclin ça va très vite de se dire que ça y est c’est fini.

  • Dans ce morceau, tu décris aussi une certaine monotonie du quotidien, est-ce que la situation sanitaire et le premier confinement, le deuxième, les couvres feux, etc., ça a changé ta manière de créer, d’écrire, de trouver ton inspiration, etc.. ?

Le premier confinement ça va, je l’ai bien vécu, en soit c’était une expérience nouvelle, c’était un truc peu marrant, tu vois. C’est même maintenant que je me rends compte que j’écris plus ou quand j’écris ça me soûle très vite. Et je pense que c’est dû au covid parce que comme je le dis très souvent, j’ai besoin de vivre pour écrire. Je peux pas raconter du fake, j’y arrive pas ça sonne très vite creux, et même le résultat me plaira pas. Et maintenant que ça fait un an qu’entre guillemets on vit plus, c’est devenu dur d’écrire ouais.

  • Du coup, tu trouves de l’inspi dans des trucs antérieurs ou en romançant des événements récents ?

C’est plus des choses antérieures mais c’est un mélange de plein de choses, parce que y’a pas eu que du négatif là-dedans. Par exemple “L’ombre et la lumière” j’aurais jamais pu l’écrire avant parce que c’est dû au réflexions de cette période. Concrètement pour “T’oublier” j’suis aller chercher dans des choses antérieures alors que “Je sombre” ou “L’ombre et la lumière” c’est des choses actuelles.

  • Tu as clippé le morceau Je sombre du projet dans lequel tu dis “J’voulais une vie de rêve, mais j’ai une vie moins bien”. C’est quoi une vie de rêve ?

La vie de rêve, c’est ce que j’ai là en mieux, c’est pour ça que j’ai pas dit “j’voulais une vie de rêve, mais j’ai une vie de merde” parce que c’est pas vrai, j’ai pas une vie de merde et me lever tous les jours pour faire du son, c’est incroyable. Je pense que la vie de rêve, c’est ça, mais en le perfectionnant, en poussant plus haut, en étant plus connu, plus riche, etc.

  • À la fin du clip, tu laisses un message, à qui il s’adresse exactement ?

Ce message, il s’adresse à tout le monde, qu’on vive la même chose ou pas. Actuellement ma vie, elle a un sens bizarre, c’est bizarre de se retrouver face à soit comme ça pendant un an. Pendant un an y’a eu des choses artistiquement que j’ai faites qui ont été des déceptions et ça va vite de se monter la tête et d’en arriver là où je suis. Parce qu’en fait je sais plus trop, je sais plus trop ce que je veux faire, où je veux aller. 

Donc ce message, elle est vraiment pour tout le monde, pour ceux qui se sentent seuls, ceux qui savent pas trop s’ils ont envie de continuer sur leur voie, qui décrochent et ça va vite de se retrouver perdu dans tous les domaines.

  • Dans une interview chez 1863, à la question, “Tu es triste ?” tu répondais “Sûrement. Au final, moi-même je ne sais plus. Comme l’a dit Dinos, je trouve que “c’est même plus triste, c’est juste comme d’hab”, pour moi ça fais écho à quand tu dis “C’est plus trop à la mode de faire le mec en dépression, donc j’peux l’dire maintenant, j’crois que j’suis en dépression » dans L’ombre et la lumière, est-ce que c’est ta façon de résumer, de définir cette maladie ?

Là, on va peut-être se mettre des gens à dos ahah, mais personnellement, j’pense que quand t’es en dépression tu le cri pas sur tous les toits. Après, je pense que oui chacun sa façon extérioriser la chose. Mais je pense que quand tu l’es, même toi, tu sais pas si tu l’es et tu sais même pas si tu vas bien ou pas. En tout cas moi, c’est comme ça que je l’ai vécu et que je le vis, je sais pas, je sais juste qu’il y a un truc qui ne va pas en moi. 

Et aussi ça a été longtemps à la mode de faire le “sad boy” et c’est un truc que les gens ont romancé et on fait passer pour un truc cool, alors que c’est pas un truc cool de romancé la dépression, c’est pas cool comme sensation, comme maladie.

  • Donc “c’est même plus triste, c’est juste comme d’hab” c’est l’entrée et l’enfoncée dans la dépression, c’est s’habituer à la tristesse ?

Ouais, c’est exactement ça, c’est être dans un mood constant, même si les choses vont bien, y’a un mal-être et t’as l’impression que ça va pas. Ducoup tu cogite encore plus, tu te sens encore plus mal vu que tu te dis “putain, mais tout vas bien pourquoi j’suis comme ça”

  • Quel est ton rapport avec ça, la dépression, et aurais-tu un message, un conseil pour les gens qui t’écoutes ou qui lisent ça et qui traversent cette épreuve ?

Mon rapport avec ça, il est compliqué, parce que je pense que j’ai jamais su admettre que je l’étais. Même si aujourd’hui, j’ai moins de mal à ouvrir les yeux parce que bah, c’est là quoi. Mais je pense que mon rapport ça a été de longtemps le refouler le fait que je l’étais.

Pour le message que je dirais aux gens, c’est que même si c’est dur faut continuer à aller de l’avant, pas se bloquer, rester entourer, continuer de sourire. Moi, je sais que c’était mon caractère donc sans que je fournisse un réel effort, j’arrivais à faire ces choses, mais pour les gens que ça touche qui sont déjà seuls, etc., j’veux leur dire qu’y’a rien de plus fort que l’esprit, de garder le cap et qu’un jour ça ira mieux. Se dire qu’un jour ça ira mieux.

  • Qu’est-ce qu’on peut attendre dans le futur de ta part ?

Je sais pas trop ahah. Un projet vers la fin d’année comme j’ai l’habitude, vers octobre/novembre, et puis revenir avec quelque chose de nouveau que le sad rap, le lofi tout ça. J’ai fait le tour, j’ai plus rien à faire là-dedans, j’ai raconté ce que j’avais à raconter. Je dis pas que je ferais plus jamais de sons comme ça, mais j’aimerais bien raconter de nouvelles choses sans pour autant transformer Doxx.

Merci pour ta musique, ces messages et le temps que tu nous as accordé.

Merci à toi c’était bien cool.

Esteban GAETANO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *