Zinée, l’enfant Reine

Seule, mais suivie par la chaleur humaine d’une équipe soudée, la silhouette de Zinée s’avance doucement, puis finalement s’impose sur la scène des Trois Baudets, au Mama Festival. Sa présence et son énergie rassemblent toutes les pièces du puzzle pour faire apparaître avec finesse la complexité de son univers musical. Zinée a eu l’occasion de séduire le public le temps du concert, mais également de se confier sur sa musique. Retour sur cet entretien.

Un mélange de gris et de rouge grenadine

Zinée reproduit les dualités omniprésentes dans sa musique : énergie et calme ; bonheur et tristesse ; nonchalance et dynamisme ; douceur et brutalité. Lors du festival, elle offre une énergie débordante dès son premier morceau Agrafe – notamment premier morceau du projet COBALT sorti le 23 juillet 2021 et aussi lors de l’interprétation des morceaux Matière grise, Zinée club, ou encore Enfant roi. Son dynamisme se créé notamment avec ses musiciens, avec qui l’on sent une réelle alchimie. Elle arrive enfin à toucher à notre sensibilité avec sa très touchante interprétation du morceau Même pas mal, remplie de mélancolie et de sincérité. 

Zinée au MaMa Festival (crédit photo : Gael Moisson)

La jeune rappeuse entremêle ainsi tendresse et incisions, lui permettant de rester fidèle aux couleurs représentées dans COBALT. En expliquant que son univers mélangeant plusieurs opposés est tout simplement le miroir de son quotidien, Zinée nous confie que sa musique lui permet de mettre des mots sur toutes les émotions contradictoires qu’elle peut ressentir. Une échappatoire pour capturer une portion de liberté, même si, parfois, il lui est difficile de mettre des mots sur ce qu’elle éprouve.

Un partage musical et humain 

Cette recette singulière qui fait son univers musical a, par ailleurs, vu le jour à l’aide de la 75e session et, notamment, de Sheldon. Bien qu’elle estime qu’il lui manque encore de l’expérience et du travail pour parfaire sa technique, la plume de Zinée n’a cessé de s’embellir depuis leur rencontre et sa signature dans le label. Elle raconte qu’avant même de faire du rap ensemble, il y a immédiatement eu une connexion amicale. L’affinité qui s’est rapidement créée a également mené Zinée à choisir Sheldon comme directeur artistique sur son projet COBALT.

Malgré la présence continuelle de son besoin de solitude, la notion de famille revient souvent lorsqu’elle parle de son quotidien et de sa musique. C’est ainsi qu’elle désigne l’équipe qui la suit, son label, ses amis. Faire sa musique en étant entourée « d’humains géniaux » et passionnés de musique, c’est ainsi qu’elle conçoit son travail. En prenant en compte ces deux points centraux, la collaboration avec Sean, sur le morceau WGA semble finalement évidente. Séduite par son projet A moitié loup, elle avait en effet pris l’initiative de lui proposer une collaboration sur COBALT : proposition qu’il a tout de suite acceptée. La connexion a finalement donné un morceau avec des couleurs plus douces, tout en ayant entièrement sa place sur le projet.

Des influences très diverses

Lorsque Zinée parle de ses influences musicales, on remarque aussitôt l’importance de l’héritage musical de ses parents. Son côté hybride entre chant et rap provient en réalité des goûts musicaux de sa mère et de ceux de son père : sa mère lui a transmis son amour pour la musique de Milène Farmer et son père lui a fait découvrir Oxmo Puccino et Fabe. Elle a très vite compris l’amour du texte, tout en étant touchée par le chant. Cet entrelacement, qui est d’ailleurs aujourd’hui de plus en plus accepté et apprécié dans la scène rap, a fini par être le cœur de son univers musical. 

Ses influences musicales actuelles sont elles aussi plutôt diverses. Parmi les artistes qui sont une source de motivation pour elle, Zinée cite tout d’abord Khali, en précisant qu’elle souhaiterait réussir à faire un projet aussi complet que LAÏLA. Elle mentionne encore JUL, Laylow, C. Tangana, et Kanye West. Diams et Méryl sont notamment des modèles pour la rappeuse. Ces deux artistes féminines lui ont permis de se lancer dans la musique en ayant la conviction qu’une femme pouvait réussir dans ce registre musical, majoritairement composé d’artistes masculins. 

Projets et ambitions

En plus de sa casquette de rappeuse, Zinée porte occasionnellement celle de « toplineuse ». Elle insiste toutefois sur l’aspect spontané et naturel de la collaboration. Ayant déjà eu l’occasion de faire des toplines pour d’autres artistes, mais ne voulant pas provoquer les choses, elle préfère attendre que les opportunités s’offrent naturellement à elle. Elle souhaite encore se diversifier en produisant des instrumentales et en proposant des interludes travaillés sur ses prochains projets. 

Sur le plan visuel, son objectif est de commencer à proposer des clips vraiment plus cinématographiques. En effet, la jeune toulousaine désire développer davantage le caractère très personnel de sa musique en l’accompagnant d’un visuel plus travaillé. Cette volonté s’explique notamment par son attrait pour le cinéma en général, puisqu’avant de se consacrer entièrement au rap, Zinée faisait des études de cinéma. 

Son dernier projet COBALT n’est alors qu’une première étape, présente pour l’aider à progresser et à trouver l’équilibre qui lui convient. Cette première étape démontrant déjà une proposition musicale originale, il est certain que la suite va nous apporter encore de belles surprises. A ce propos, elle nous a d’ailleurs confié l’existence d’une future collaboration plutôt inattendue, mais qui « va être incroyable »

Emilie

 Clique ici pour lire nos autres interviews !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *