Pourquoi parle-t-on encore d’Ateyaba ?

Pas un mois ne passe sans qu’Ateyaba ne soit en tendance sur twitter ou que la date de son utopique album ne soit annoncée et relance les débats. Après plus de 5 ans depuis son dernier projet “Delorean Music” et 6 depuis son premier et unique album, le pharaon fait toujours parti des rappeurs qui comptent pour les auditeurs de rap français 

Mais pourquoi un tel attachement à cet artiste ? Pourquoi Ateyaba ne cesse de revenir continuellement dans les débats traitant des rappeurs qui ont changé le rap, avec pourtant un seul album ? Je vais tenter de vous donner ma réponse aujourd’hui.

Futur

S’il y a bien un mot qui revient toujours quand on parle d’Ateyaba c’est “Futur”. Combien de commentaires on a pu lire disant “Joke c’est trop loin”, “Joke il est dans le futur” et c’est surement le principal point fort du Montpelliérain.

En effet, le pharaon a vu juste en réalisant, par exemple, des morceaux avec le beatmaker Ikaz Boi, beatmaker connu aujourd’hui pour ses productions ultra futuristes et qui a notamment placé pour des artistes comme Travis Scott ou encore Damso. Sauf que en France, (contrairement au USA où il commence a se faire une petite notoriété en plaçant pour des rappeurs comme Chance The Rapper ou Vic Mensa) il est encore assez peu connu. Ainsi, Ateyaba se retrouve avec des prods folles et futuristes d’un grand génie que personne ne connait encore. Ah oui, je n’ai pas précisé, mais Ikaz avec Ateyaba c’est des morceaux comme “Cristal” sur Kyoto ou le classique “On est sur les nerfs” sur Ateyaba (oui c’est son nom de scène et aussi le nom de son projet).

Preuve qu’ils étaient bien en avance sur leur temps, le morceau “Job”, sorti en 2019, a été enregistré en 2015, chose qui ne se ressent absolument pas, bien au contraire.

Mais bien choisir ses beatmakers ce n’est pas le seul point où Joke fut visionnaire. En effet, dans ses visuels, il a complètement révolutionné le game. A l’instar de la Mafia K’fr1 et de leur clip Pour Ceux ou de Rohff et de son clip de “ La Puissance” tourné aux USA, le montpelliérain a ouvert un tout nouveau champs de possibilités au rap français, en ramenant ses inspirations asiatiques et plus particulièrement japonaises. Chose qu’on retrouve aujourd’hui énormément dans le paysage rap en France notamment chez des artistes comme Kekra (ils ne s’aiment pas donc chut) et même Nekfeu ou encore Laylow. Les clips de Joke ont véritablement changé l’histoire des visus en France.

Un manque 

Je crois que la véritable cause qui fait qu’on n’oublie pas Ateyaba, c’est la rupture qu’on a eu avec lui. Je m’explique. Ateyaba, c’est un peu cette ex avec qui tout se passait bien. Les projets s’enchainaient, l’amour grandissait d’année en année jusqu’à ce qui devait être la véritable apothéose, “U.V”. Mais d’un coup plus rien. Adieu la belle histoire d’amour, notre pharaon a décidé qu’il en avait marre de tout ça et a décidé de couper court à notre rêve.

Il a fallu attendre 2 années et le clip de « Vision » pour revoir cet être aimé. Le pire dans tout ça ? Son retour était incroyable, tout comme la première fois que tu recroises ton ex que tu pensais avoir enfin oubliée, et qu’il suffit d’un seul regard pour faire voler en éclat toutes les certitudes que tu t’étais fixé. Car oui, il y a eu un nombre incalculable de rappeurs depuis lui, des gars vraiment forts en plus. Mais pourtant rien n’y fait, notre cœur s’emballe au moindre signe de vie.

Et tout comme ton ancien amour que tu recroises en soirée, et bien on recroise Joke sur différents projets, mais jamais le sien. On l’aperçoit lâcher un couplet incroyable sur Imany de Dinos ou encore dans le projet de Myth Sizer, juste assez pour être frustré et nous rappeler qu’il aura toujours une place particulière pour nous.

Alors oui, c’est faux si je dis que Gilles n’a rien sorti depuis 2015, on a bien eu quelques morceaux solos et tous sont incroyables. Sauf qu’avec Ateyaba, comme ton ex, ce n’est pas une relation par à-coups qu’on souhaite, mais bien une relation stable avec un long projet.
 

Ultra Violet 

Ultraviolet est devenu pour tout fan de Joke un fantasme, une utopie auditive. Je pense même que U.V ne devrait jamais sortir. En effet, pour reprendre ma comparaison avec l’ex, nous avons trop rêvé sur cet album et par conséquent nos attentes sont beaucoup trop hautes.

Cover de Ultraviolet

Soyons clair, je ne doute pas une fraction de seconde que l’album (si un jour il sort) sera véritablement incroyable, mais pourtant cela ne reste qu’un album, avec un début et une fin. U.V ne fait-il pas parti de ces projets qui ne devraient jamais sortir pour garder la légende autour du mystère qui les entoure ? Les projets que le public rêve et qui sont sortis ont souvent été très décevants. Pas forcément dû a la qualité de l’album, mais bien à la hype autour qui était trop grande. En tête de liste, évidemment, “Or Noir part 3” de Kaaris qui devait clôturer la trilogie, et qui, avant de sortir, était déjà condamné à l’échec.

Je crois donc que mon cœur d’auditeur de rap et de fan de Joke rêve de U.V, mais ma raison sait que cela ne sera qu’une grande déception.  

Je pense donc qu’Ateyaba n’ai pas prêt de quitter la mémoire des auditeurs de rap français. D’une part, car il a influencé et ouvert énormément de nouvelles portes pour le rap francophone. D’autre part, car le personnage du pharaon et son mystérieux projet U.V reste aujourd’hui encore légendaire.

La question que je me pose finalement est la suivante : Ateyaba serait-il resté dans la légende, comme il l’est aujourd’hui, s’il avait poursuivi sa carrière normalement en sortant Ultraviolet et en enchaînant les projets comme un banal rappeur ?   

Paul Jobard

Une réflexion sur “Pourquoi parle-t-on encore d’Ateyaba ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *