Mais qui est Smeels ?

« Doucement mais sûrement, Smeels va faire son temps »

Cette phrase extraite de son titre FDT (projet Selfmade) résume parfaitement l’impression qui se dégage à l’écoute de ses projets. Adepte du homemade, Smeels se donne les moyens, depuis son homestudio, de s’imposer dans le rap francophone. Après 5 mixtapes où il mise tout sur « l’autotune mélodieux », il sort en 2019 son projet le plus complet : Selfmade.

On vous raconte son parcours.

Qui est Smeels ?


Smeels, de son vrai prénom Kévin, naît au Cameroun où il passe ses 5 premières années de sa vie. Avec sa mère, il s’installe quelques années à Paris pour finir par poser bagages à Bordeaux. Après son BTS, il décide de retourner à Paris, où il se sent plus à l’aise pour développer sa musique.


C’est à 17 ans qu’il fait ses premiers pas dans le rap. Moins de 2 ans après, il commence à s’auto-produire. Autodidacte, le rappeur gère nombre aspects de sa musique : écriture, topline, choix des instrus, mix… « Pas d’label et pas d’agent – J’fais toujours autant ce que je veux» Une autonomie revendiquée qui lui permet de façonner une musique ultra personnelle et de développer une forte proximité avec son public.


Son parcours musical prend un tournant avec le morceau Broken, issu de sa 2e mixtape OPTNT, quand il est balancé (et trafiqué) sur Twitter, en 2018, par un internaute. Ce dernier le fait passer pour un extrait du nouvel album de Damso (Lithopédion). Un faux leak qui a eu le mérite de mettre la lumière sur le jeune rappeur.
En près de 4 ans, ce ne sont pas moins de 6 projets qu’il sort. Projets qui nous plongent dans un univers à la fois mélancolique et papillotant, imprégné de sonorités trap US. Il s’entoure, notamment, du beatmaker bordelais Yeong Michin avec qui la connexion semble évidente.

Selfmade

En novembre 2019, il sort sa 6e mixtape : Selfmade. Dans ce projet, il prend davantage soin de son écriture et nous embarque dans des mélodies intensément maîtrisées. Dans son intro, il ouvre le bal avec une phase de kick, illustrant implacablement sa capacité à explorer plusieurs facettes de sa musicalité.

Loin d’être revendicateur dans ses lyrics, il aborde deux thématiques principales : l’argent et les femmes ; racontées par le prisme de ses expériences. En se confiant sur son vécu, Smeels engage une véritable conversation avec ses auditeurs et leur permet naturellement de s’identifier à sa musique.

Cette liberté à tout niveau se ressent également dans ses visus où un mood particulièrement planant nous est offert. Les clips de 2k19 et 400 ans en sont les meilleurs exemples. Esthétiquement maîtrisés, ils illustrent cette soif de liberté et cette indépendance qui caractérisent
le rappeur.

Franck Page

Smeels n’hésite pas à exprimer musicalement ses émotions les plus douloureuses. En atteste l’hommage porté à son ami Franck Page, jeune bordelais décédé le 17 janvier 2019 alors qu’il faisait une course UberEats à vélo. Un drame qui a mis en exergue la précarité dont souffrent les étudiants.
Sans aucune teinte politique, Smeels rend subtilement hommage à son ami dans le clip 400 ans mais aussi dans le titre éponyme Franck Page, sorti en 2020, 1 an après son décès. Des morceaux qui nous rapprochent encore un peu plus de l’artiste et de son univers.

La suite ?

Son dernier titre en date Flashback est fidèle à la musicalité du rappeur : mélodieux et hypnotique. Une jolie ballade post-confinement.
Pas encore d’informations concrètes sur un 7e projet, mais ce qui est certain ? Smeels est sur une belle lancée pour s’imposer dans une scène rap francophone qui est indéniablement de plus en plus prolifique. A suivre de près !

Jihane Hadjri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *