Kaba et Keno

Long Story Short : Interview de Kaba avec Keno 

Quand sa musique infiltre les écouteurs, les enceintes ou les casques, le baromètre s’affole et le soleil apparaît miraculeusement. Kaba a ressorti son costume de rappeur pour ensoleiller notre été avec son projet “Long Story Short”, sorti ce vendredi 10 juin et en collaboration avec le producteur Keno. Nous avons pu discuter avec lui et son acolyte Keno à propos de ce nouveau projet. 

Un beau retour de Kaba

Le Grenoblois a finalement décidé de remettre les pieds dans ce sacré rap jeu, après un dernier EP long format, “Velvet Bleu” dévoilé en 2019. S’il a tout de même sorti certains singles depuis, ainsi qu’un EP “3.3 MAGNITUDE” de quatre sons avec le producteur Vouiz, Kaba avait décidé de faire une pause dans sa carrière de rappeur.

« J’ai simplement pris du temps pour vivre, naturellement. J’étais encore dans les études, j’ai voyagé, j’ai vécu la vie. C’était pas le bon moment pour me concentrer sur ma musique, c’était pas ma priorité. Ce temps m’a aussi permis d’en apprendre plus sur la musique, de toucher à sa production dès le début. Et il y a aussi eu la création du label H3 Records, en même temps que la sortie de mon EP “3.3 MAGNITUDE”. Puis ensuite, en 2020, j’ai rencontré Keno et ça a été un coup de foudre musical. »

Kaba

Heureusement pour nous, d’un coup de foudre entre un producteur et un rappeur naît très souvent une harmonie musicale aussi agréable que le parfum du café le matin. Concentré en 10 titres, Kaba et Keno ont évidemment réussi à rassembler ce parfum dans “Long Story Short”. Les deux compères racontent la naissance de ce projet qui a été quasiment créé par hasard :

« Ca s’est vraiment fait par hasard. J’ai directement accroché avec sa musique en entendant des sons qu’il avait envoyés à une amie qu’on a en commun. De base, je devais même pas être le destinataire de ses sons. On a fait 3-4 morceaux à distance, puis on s’est rencontrés et tout s’est enchainé naturellement. »

Kaba

« En fait, j’avais l’occasion de placer la prod de “Long story short” pour une artiste pop à la base et j’avais pas pensé à avoir un rappeur dessus. Donc j’ai été agréablement surpris quand j’ai vu le résultat avec Kaba. Et ensuite on a vraiment eu un super feeling musical. Je pense que je peux dire qu’on a tous les deux été très contents de ce qu’on a réussi à faire. On n’a jeté aucun morceau, tous sont sur le projet. »

Keno

La couleur festive de Long Story Short

Fidèle à la couleur orangée de sa couverture – signée Louise Chevallet -, le projet est imprégné d’une chaleur estivale. De la balade nocturne et jazzy de Balmain Jean jusqu’à la douce berceuse avec airs de trompette du titre éponyme, une ambiance festive et réconfortante enveloppe l’auditeur. On perçoit aussi rapidement les nombreux styles musicaux qui ont inspiré les deux artistes, s’éloignant ainsi des sonorités propres au rap.

« J’ai toujours été proche des instruments, j’ai d’ailleurs fait du saxophone quand j’étais petit. Ensuite, j’ai toute cette connaissance autour de la house, que j’utilise notamment dans le label H3 créé pour la sortie de l’EP “3.3 MAGNITUDE”. Ensuite, j’écoute beaucoup de jazz, mais aussi de la funk et de la vaporwave, et bien sûr du rap. Donc, en fait, dans ma musique, c’est un peu un mélange de tout ça. »

Kaba

Le projet est notamment accompagné de deux visuels. Précédent le clip de Couçi couça les deux artistes ont aussi sorti le 9 juin le clip de l’exotique morceau Ipiranga.

Ce mélange à la palette colorée marque un retour réussi pour Kaba, mais aussi une fierté pour lui et son acolyte Keno. Aux sourires sincères et enthousiasme communicatif, on sent qu’ils sont surtout heureux d’avoir trouvé cette alchimie et d’en avoir fait un 10 titres. Bien qu’ils soient légèrement anxieux sur l’accueil de leur projet par les auditeurs, ils sont également fiers du résultat.

« Personnellement, j’ai pas vraiment d’objectifs concernant les chiffres. J’aimerais plutôt que ce projet permette à des gens de me découvrir, de les faire adhérer à notre musique. Si les auditeurs arrivent à comprendre le délire et que ça leur plait, c’est le plus important. » Keno acquiesce. 

Kaba

Retrouvez aussi notre interview du rappeur sean : L’évolution d’un jeune prince.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *