La logique de Limsa d’Aulnay

Avec une facilité presque insolente, Limsa d’Aulnay assemble les mots pour délivrer sa réalité. Une réalité si palpable et si simple qu’on arriverait presque à sentir l’odeur de cigarette qui gravite autour de lui. Au fil des années, Le Ptit Limsa, plein de rêves, a laissé la place au Limsa d’Aulnay, fin freestyler à l’humour raffiné, auteur de la trilogie « Logique ». 

Le temps nécessaire pour être dans les starting blocks

L’irrégularité de ses sorties est la principale hantise de ses fans, pourtant, celle-ci n’empêche pas Limsa d’intéresser de plus en plus d’auditeurs à chacune de ses apparitions. Que celles-ci soient sur les plateaux de Grünt ou plus récemment sur le troisième opus de sa série de projets intitulée Logique. Loin d’être un nouveau rappeur, ses paires de basket habituées à la dureté du bitume d’Aulnay sous bois ont commencé à côtoyer le terrain du rap en 2015, sur Soundcloud, avec les projets CBT et Les Fleurs de Limsa. Il publie ensuite quelques singles en 2018, avant de disparaître à nouveau, en conservant le mystère qui l’accompagne. 

C’est ensuite en juillet 2020 qu’il décide de sortir le premier volet de Logique, Logique, Pt.1. Le projet de cinq titres concentre des éléments de la vie de Salim. Avec une voix légèrement chantante ou un flow presque agressif, le rappeur vagabonde entre problèmes du quotidien, sujets sérieux et une ironie qui flirt avec le sarcasme. Le patchwork paraît simple, tout en ayant un rendu original : sur des instrumentales douces ou froides, on suit Limsa dans les rues d’Aulnay sous bois. Ce premier opus de Logique permet d’avoir une plus claire image de l’identité musicale du rappeur et constitue, finalement, selon lui, son premier projet. Il représente un nouveau départ dans sa carrière.

 

Cover de Logique, Pt.1

Fidèle membre de la 75ème session, son entourage musical est composé d’artistes qu’il apprécie humainement et musicalement. Sa toute première apparition a, par ailleurs, été lors de la Grünt #11 dédié à Georgio en 2013 et il était également présent sur celle de Sopico. Il a notamment posé son flow de banlieusard sur des titres en collaboration avec Hash24, Lacraps ou encore Swift Guad. Être constamment au contact de cette bulle remplie de talents a bien évidemment été important dans son développement musical. 

Mes premiers textes de rap j’ai dû les faire écouter à Georgio, Lomepal, Sopico, Hash 24, Veusti, …Ce sont des rappeurs hyper talentueux, donc forcément, devoir passer par cette sorte d’étape, ça fait progresser. Ça permet de mieux comprendre certaines choses. Au final, on a tous appris de chacun. C’est le travail d’équipe.

Limsa d’Aulnay

Dans une bonne lancée et bien entouré, il enchaîne avec le deuxième opus de Logique en décembre 2020, Logique, Pt.2. Plus sombre et hivernal, ce second volet durcit les traits de son rap, consolide ses capacités, affirme sa technique. Le souffle d’un vent froid est venu embrasser ce projet, qui s’inscrit d’une certaine manière comme un versant plus nocturne de Logique, Pt.1. On y retrouve cette fois-ci ISHA sur le morceau Starting Block et JeanJass sur le morceau Ca M’arrange.

Cover de Logique, Pt.2

Ne pouvant complètement se détacher de son irrégularité, la troisième et dernière pièce du puzzle de Logique sort seulement en février 2022, plus d’un an après le deuxième opus. Logique, Pt.3 confirme la force de frappe de son écriture tout en marquant la fin d’un chapitre.

Cover de Logique, Pt.3
Logique comme un deux trois

Pour ce dernier disque de Logique, le schéma est encore une fois réussi : troisième partie, troisième collage, troisième performance remarquable. Ce projet-là retrace aussi des moments de vie, ainsi que de nombreux questionnements. Une certaine maturité a été acquise dans ce projet, poussant l’introspection un peu plus loin et l’expérience plus touchante. Un brin nostalgique, le troisième volet clôture le chapitre Logique en suivant toutefois la même qualité que les deux précédents.

Je savais que c’était le dernier, que c’était la fin de quelque chose et ça m’a peut être conditionné à être plus nostalgique.

Limsa d’Aulnay

Le projet marque une belle évolution de l’artiste et de sa musique. Il délivre ses phases avec beaucoup d’aisance, mais forge aussi davantage son agilité entre rimes simples et schémas plus complexes, mélangés à une autodérision qu’on ne voit pas souvent dans le rap français. 

On remarque également la singularité du morceau bonus Black Room, qui, en réalité, ne devait pas figurer sur le projet. Écris et performé à l’occasion de l’émission Chambre noire pour radio Nova en janvier 2021, Limsa d’Aulnay a finalement décidé de le greffer à Logique, Pt.3.

Pour tous les freestyles que j’avais fait avant, j’avais envoyé des couplets inédits. A chaque fois, tout s’était bien passé, donc je m’étais dit que j’allais faire la même recette en écrivant un texte spécialement pour l’occasion. Cette fois-là, j’avais pas envie de faire quelque chose de trop rap, donc j’ai tenté ce son. A l’époque où je l’ai enregistré, c’était un des derniers enregistrés sur Logique 3. J’ai invité Nancy Khadra qui a fait les choeurs sur le morceau et j’ai écouté beaucoup de soul pour bien m’imprégner de la vibe.

Limsa d’Aulnay
Radio Nova “SIMS sur Nova” #59

A la couleur soul, américaine, l’image du morceau est différente de celles que l’on a l’habitude de voir dans la musique du rappeur. S’il ne s’interdit pas de refaire un morceau comme celui-ci, il précise toutefois qu’il n’aime pas faire deux fois le même style de son et qu’il le voit plutôt comme la réussite d’un défi. 

Ça m’a plu de le faire, mais ce n’est pas mon préféré. Je suis surtout content d’avoir réussi le défi.

Limsa d’Aulnay

En dehors de ce son bonus, l’aulnaysien reste fidèle à sa musique : flows chantants et flows plus kickés, construits sur des bases d’egotrip, de réflexions lucides et toujours – bien qu’il soit un peu moins présent sur ce disque – ce décalage entre humour et dureté. 

Entièrement seul dans sa logique, aucun invité n’est présent sur ce dernier disque, contrairement au deuxième opus qui comportait un feat avec ISHA ainsi que JeanJass. Bien que ces collaborations aient été toutes deux réussies, le choix de ne pas en avoir sur le troisième volet est plutôt agréable. Le projet étant d’une relativement courte durée – 19 minutes et 29 secondes – la seule présence de Limsa permet d’avoir une performance complète de l’artiste. 

Cette absence de collaborations, ne veut pas pourtant dire travail solitaire. Toujours entouré d’une équipe solide, déjà présente majoritairement lors des deux premiers logiques, il a beaucoup travaillé avec des personnes de son entourage. 

Je travaille beaucoup avec les mêmes personnes, des gens que je connais bien. D’un autre côté, dans ma création, je suis plutôt tout seul. L’avis des gens intervient après avoir la création du morceau; En fait, je trouve que ça n’a pas trop de sens de les faire intervenir en cours de construction. Bien sûr, j’ai besoin d’avis, mais seulement une fois que c’est fait.

Limsa d’Aulnay
Photographie : Nkruma
La volonté d’être simple

Ce qui frappe d’entrée de jeu dans sa musique est la justesse qu’elle apporte. Très factuelle, on s’imagine facilement les bruits de pas sur les pavés froids de la ville, l’odeur de la fumée, la beauté des rires et la noirceur des craintes. Ses textes racontent simplement ce qui se trouve devant ses yeux, dans le quotidien, et qui se retrouve plus largement dans le quotidien d’un quidam.

J’écris de manière simple, avec des mots simples. Comme si ce qui allait finir dans ma chanson était exactement ce qui se passait dans ma tête : les questions que je me pose, ce que je pense tout en essayant de ne pas être trop autocentré. J’aime aussi laisser les gens faire leur propre analyse et j’essaye d’être relativement neutre quand je dis des trucs, mais je les soulève.

Limsa d’Aulnay

Gratteur de rimes dès que son esprit lui en fournit, le rappeur de la cité Emmaüs rappe donc la simplicité de la vie à travers la simplicité de l’écriture, mais surtout avec beaucoup de spontanéité. Cette spontanéité, qui rend chaque morceau si unique, les rend également, d’une certaine manière, éphémères aux yeux de l’artiste.

Une fois que le morceau est sorti, il m’intéresse plus trop. Je ne prends pas de plaisir à écouter mes morceaux, y a déjà assez de morceaux stylés. Surtout que quand je les écoute j’entends que les défauts.

Limsa d’Aulnay

Il le décrit notamment dans le son Footballeur, en  rétorquant « J’sors des sons qui m’dégoûtent au bout d’un mois, ça m’fait plaisir que vous les appréciez. » 

Photographie : Le ptit Limsa, Freestyle Live Sessions Views

La simplicité qui gravite volontairement autour de la musique de Limsa d’Aulnay, n’est cependant pas le reflet de la facilité. Que ce soit dans l’écriture, les manières de poser, ou encore la manière d’aborder les différentes thématiques qui sont les battements de sa musique, le rappeur d’ASB travaille beaucoup pour atteindre cette simplicité et la peaufiner. 

Je remarque bien que même dans mon espèce de volonté de faire de la musique simple, il y a des gens qui captent que ce n’est pas faire de la musique facile, que je me prends quand même la tête et que j’essaye de mettre un certain standard pour respecter la musique.

Limsa d’Aulnay

A travers les trois épisodes de logique, il est certain que les oreilles des auditeurs ont été habituées à sa qualité de plume et de flows. Si la fin du triptyque tourne la page sur un créneau que le rappeur avait réussi à créer, la liberté qu’il retrouve désormais ne pourra qu’être bénéfique pour sa musique. Il précise, par ailleurs, que d’autres chose vont arriver, sans que cela ne passe par de plus grands formats.

« Logique un, deux, trois, l’bum-al puis j’arrête » (Comme la Lune)

En attendant de pouvoir l’entendre sur de nouveaux morceaux, il n’y a plus qu’à profiter pleinement de ces trois volets, complets et précis, qui reflètent pleinement la qualité de son rap.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *