Gianni-Géhenne. Le spleen des enfers

Froid glacial et mélancolie dans l’air en ce début de février, dans mes écouteurs le nouvel l’album du rappeur qui monte, Gianni.

Gianni, c’est le rappeur qui fait du bruit depuis ces 6 derniers mois. Avec ses différents Freestyles il a attiré l’attention des médias. Ainsi on le retrouve  dans la liste des 11 rappeurs à suivre de Booska p. Le 15 février Gianni a sorti son deuxième Ep, après D.D.M (Ep de 5 titres regroupant ses freestyles). Avec Géhenne, l’enjeu est différent.

Une com’ forte

Gianni veut nous emmener dans son univers à travers ce projet. Pour ce faire il a envoyé un colis très spécial à différents journalistes comme Medhi Maizi ou l’équipe de Booska p. Dans ce colis on retrouve un cocktail Molotov ainsi qu’un téléphone à carte. L’ambiance est posée.

Un projet abouti

Cet opus, Gianni le décrit comme lui ressemblant à 300% (interview booska p). Dedans on retrouve une grande mélancolie, et le même style que dans D.D.M mais bien plus épuré et maîtrisé. L’autotune et le chant sont gérés à la perfection et chaque mot est juste et à sa place, même s’il affirme écrire instinctivement.

Dans ses textes, le jeune rappeur nous présente ses regrets de bicrave, et explique faire ça par nécessité « je fais ça pour mes proches, pas pour leur plaire ». Dans Géhenne, on voit un enfant qui n’a pas pu réaliser ses rêves, mais qui plutôt de se laisser abattre a choisi d’autres chemins pour parvenir à ses fins.

On retrouve clairement une influence du groupe PNL sans être une pâle copie comme on peut le voir depuis quelques années. L’inspiration réside dans les mélodies planantes et des textes remplis de spleen, évoquant la vente de drogues, l’amour de la famille et la lassitude de voir des choses gores.

 

Une bonne surprise

J’ai personnellement été agréablement surpris du projet. D’abord séduit par la com’ mise en place autour. Je suis directement tombé sous le charme de cette ambiance pourtant banale dans le rap, mais tellement bien (et mieux) racontée par Gianni. On retrouve une grande sincérité dans les textes. Ce qui aide à visualiser et comprendre ce que veut nous montrer le rappeur.

Géhenne marque réellement l’entrée du rappeur du 93 dans le rap jeu. Il fait maintenant partie des rappeurs qu’il faudra suivre dans les prochaines années

Paul Jobard

Une réflexion sur “Gianni-Géhenne. Le spleen des enfers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *